Diana Campbell Betancourt, Prem Krishnamurthy, Dries Rodet, Inteza Shariar & Nina Paim

Srijan-Abartan : workshop de montage d’expositions au cœur du Dhaka Art Summit 2020

ven 02 avril 2021​, 12h30
1h

En ligne en direct sur notre chaîne Twitch

Ouvert à toutes et tous sans réservation. Pour poser des questions lors la conférence la création d’un compte Twitch est nécessaire

En anglais 

Le projet de recherche interculturel et interdisciplinaire Srijan-Abartan entendait développer de nouveaux outils et méthodologies pour produire des formats d’exposition qui soient à la fois culturellement enracinés, écologiquement durables et socialement responsables. Il rassemblait une équipe internationale d’artistes, designers, chercheur.se.s, architectes, d’ingénieur.e.s, commissaires, conservateur.trice.s et producteur.trice.s du Bangladesh, de Suisse et d’ailleurs, qui ont évalué, examiné et conceptualisé des stratégies d’exposition sous l’angle d’abord et avant tout de la durabilité. C’est sur la base des résultats ainsi obtenus qu’a été conçue l’exposition du Dhaka Art Summit 2020.

La présente table ronde réunit quatre des principaux participant.e.s au projet pour une rétrospection et analyse collectives des challenges engagés par Srijan-Abartan mais aussi de ses lacunes, car la réflexion sur les leçons apprises peut éclairer celles qui sont viables pour l’avenir.

Ce premier volet de la série de conférences Faire et défaire l’exposition – Penser des pratiques responsables en temps de crise planétaire sera diffusée en live sur notre chaine Twitch puis fera l’objet d’une publication sur la plateforme féministe de recherche en design politique Futuress.org

Tout le programme, ici

éléments biographiques

HURAERA JABEEN
Dr Huraera Jabeen est une spécialiste du développement, engagée dans la recherche, la pratique et l’enseignement sur les questions critiques de la résilience urbaine, et notamment dans la recherche à la croisée du genre et du changement climatique dans les villes du Sud global. Jabeen est professeure adjointe à la BRAC University et a travaillé précédemment comme chercheuse post-doc au Population Council à New York. Titulaire d’un doctorat en développement international et gestion des politiques à l’université de Manchester, elle a enseigné au sein de programmes d’architecture pendant plus de dix ans au Bangladesh et donné également des conférences au University College de Londres, à l’université de Manchester, ainsi qu’à la New School et à l’université de Columbia aux États-Unis.

PREM KRISHNAMURTHY
Prem Krishnamurthy est directeur associé du cabinet de design multidisciplinaire Wkshps. Il a précédemment fondé l’atelier de design Project Projects, lauréat du Cooper Hewitt’s National Design Award for Communications Design en 2015. Il est co-directeur artistique de FRONT International 2021, la triennale d’art contemporain de Cleveland et du Nord de l’Ohio. En tant que commissaire d’exposition indépendant, il a été directeur artistique de la première biennale de graphisme Fikra, « Ministry of Graphic Design », et a organisé des expositions d’envergure internationale, notamment at P !, la célèbre Mom-and-Pop-Kunsthalle qu’il a fondée à Chinatown, à New York, en 2012. Il a écrit pour de nombreux catalogues et magazines et dirigé des publications pour le Berkeley Art Museum, Cabinet Books, Duke University Press, Paper Monument et autres. Son premier livre, mémoire/monographie/manifeste expérimental P!DF, a été publié par O-R-G en 2017. Il est installé à Berlin et New York.

NINA PAIM
Nina Paim est designer brésilienne, chercheuse et curatrice. Elle est titulaire d’un bachelor en design graphique de la Gerrit Rietveld Academie et d’un master de recherche en design de la HKB de Berne. Elle a enseigné et donné des conférences au Brésil, en République tchèque, en Allemagne, au Danemark, en Estonie, en France, en Italie, au Portugal, au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Suisse. En 2014, elle a été commissaire de l’exposition Taking a Line for a Walk à la 26e Biennale de design graphique de Brno, en République tchèque, pour laquelle elle a reçu un Swiss Design Award en 2015. Elle a coconçu et dirigé le livre Taking a Line for a Walk, publié par Spector Books Leipzig en 2016 et soutenu par la Graham Foundation for Advanced Studies in the Fine Arts. De 2017 à 2018, elle a été commissaire du programme de la conférence du Swiss Design Network Beyond Change – Questioning the Role of Design in Times of Global Transformation. En 2018, elle a cofondé l’association à but non lucratif « common-interest », qui entend rendre publique la recherche grâce à des moyens créatifs de médiation du savoir et de narration. Dans le cadre de « common-interest », elle a monté l’exposition Department of Non-Binaries en 2018, lors de la première biennale de design graphique Fikra à Sharjah. En 2020, elle a cofondé la plateforme de publication et de recherche sur le design Futuress.org.

INTEZA SHARIAR
Inteza Shariar est architecte, designer et artiste bangladais. Titulaire d’un diplôme de la BRAC University, il a développé et expérimenté dans sa pratique du design des matériaux alternatifs. Au cours de ses études, il a travaillé avec une équipe de recherche du BRAC et publié un article pour l’université de Manchester sur les logements à bas prix et les matériaux de construction alternatifs, qu’il a utilisés ainsi dans le cadre du projet Soi3. Sa collaboration avec l’architecte Salauddin Ahmed Potash portait surtout sur l’architecture, les œuvres d’art, les expositions et les publications ; celle avec l’architecte Saiful Haq lui a permis de participer à la conception et à la construction d’une école flottante en bambou, récompensée par le prix indien Jk Cement Green Architecture Award. Il est l’un des principaux membres d’Akaliko Artist Initiatives et dirige les conceptions visuelles, lumineuses et spatiales d’Akaliko. Par ailleurs, il a cofondé le Ora Design Studio en 2013, et conçoit des produits durables à faible consommation d’énergie et faible émission de carbone. Cet atelier met l’accent sur l’artisanat et les matériaux locaux comme le bambou, la boue, le roseau, la canne, la céramique ainsi que les matières biodégradables et recyclables.

DIANA CAMPBELL BETANCOURT
Diana Campbell Betancourt est curatrice, engagée à promouvoir un monde de l’art transnational et à traiter les préoccupations des régions et artistes sous-représentés aux côtés de celles et ceux plus établi.e.s dans les nombreux forums. Fondatrice et directrice artistique de la Samdani Art Foundation, elle est depuis 2013 conservatrice en chef du Dhaka Art Summit, plateforme de recherche et d’exposition pour l’art d’Asie du Sud. Parallèlement à son travail au Bangladesh, Campbell Betancourt a fondé et dirigé de 2016 à 2018 les Bellas Artes Projects, un programme international de résidence et d’exposition à but non lucratif établi à Manille et à Bataan. Campbell Betancourt a été nommée commissaire de Frieze Projects à Londres pour les éditions 2018 et 2019. Elle préside le conseil d’administration de la Mumbai Art Room, l’un des principaux espaces à but non lucratif en Inde. À travers ses expositions, commandes d’artistes, actions de sensibilisation et échanges avec des centres de recherche universitaires, Campbell Betancourt jette les bases d’un dialogue interculturel, d’une solidarité substantielle parmi le Sud global et d’une nécessaire réécriture de l’histoire de l’art pour notre avenir collectif. Formée à Princeton, Campbell Betancourt vit et travaille en Asie depuis 2010. Elle vit actuellement à Bruxelles et à Dhaka.

PARTENAIRES

Coproduction : CCS et Futuress.org