Littératures suisses de printemps #3 — © Centre culturel suisse. Paris

Littératures suisses de printemps #3

sam 29 mai 2021​, 18:00

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Ouverture de la billetterie le jour même à l’accueil du CCS. 

Troisième édition de ce rendez-vous biannuel littéraire. Au programme des lectures d’auteur.e.s helvétiques invité.e.s pour l’occasion. 

Programme

18:00 
Fabrice Hadjadj et Tom Tirabosco (dessinateur) pour le livre L’Attrape-Malheur, des forêts aux foreusestome 2, paru aux éditions La Joie de lire

18:30 
Laurence Verrey pour le livre Lutter avec l’ange, paru chez Bernard Campiche Editeur

19:00 
Rose-Marie Pagnard pour le livre Gloria Vinylparu aux éditions Zoé

19:30
Pause

20:00 
Katja Schönherr et la traductrice Barbara Fontaine pour Marta et Arthur paru aux éditions Zoé

20:30 
Meliké Oymak pour le livre On n’abandonne pas ceux qu’on aime, paru aux éditions Cousu Mouche

21:00 
Max Lobe pour La promesse de Sa Phall’ Excellence paru aux éditions Zoé

éléments biographiques

Laurence Verrey
Depuis sa naissance à l’écriture et les poèmes de Chrysalide, Laurence Verrey poursuit une œuvre alternant poèmes, prose et livres d’artiste. Longtemps engagée dans l’enseignement du français auprès d’adultes migrants, elle se consacre actuellement à l’écriture et au rayonnement de la poésie. Elle crée l’association Poésie en Mouvement POEM et initie dès 2015 les Salves poétiques à Morges, une fête du langage qui réunit autour de l’acte d’écrire des jeunes et des poètes renommés de la francophonie. Laurence Verrey est lauréate, pour l’ensemble de son œuvre, du Grand Prix de Poésie Pierrette Micheloud 2021.

Max Lobe
Né à Douala au Cameroun, Max Lobe vit en Suisse depuis l’âge de 18 ans d’où il élabore une écriture rythmée, dialoguée et inventive. Parmi les distinctions reçues, le prix du Roman des Romands (2014) pour 39 rue de Berne et le prix Ahmadou-Kourouma (2017) pour Confidences.

Fabrice Hadjadj
Né en 1971, Fabrice Hadjadj est un écrivain, philosophe et dramaturge français. Il est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et agrégé de philosophie. Il est surtout connu par la critique pour ses essais qu’il consacre aux questions du salut, de la technique et du corps. Ses ouvrages principaux sont : Le Paradis à la porte : Essai sur une joie qui dérange (Seuil, 2011), Dernières nouvelles de l’homme (et de la femme aussi) (Tallandier, 2017) et Être clown en 99 leçons (La Bibliothèque, 2017). Sa passion pour le théâtre l’a mené à composer des pièces, tandis que son goût prononcé pour les arts visuels a abouti à l’écriture de trois livres sur l’art. Sa pratique de la musique lui a également fait composer plusieurs albums. Il dirige aussi Philantropos, un institut universitaire, dans le canton de Fribourg.

Meliké Oymak
Meliké Oymak a 21 ans. Elle est étudiante à la faculté de psychologie à l’université de Genève. Elle se destine à la recherche en neurosciences. Meliké écrit depuis son plus jeune âge, mélangeant les troubles psychologiques à l’écriture. On n’abandonne pas ceux qu’on aime est son deuxième roman.

Katja Schönherr
Née à Dresde en 1982, Katja Schönherr avait sept ans lors de la chute du mur. Elle vit aujourd’hui en Suisse et écrit des textes aussi bien journalistiques que littéraires. Marta et Arthur est son premier roman.

Rose-Marie Pagnard
Rose-Marie Pagnard jongle avec une profonde intelligence entre tragique et drôlerie pour nous parler de notre besoin d’amour. Elle a notamment publié La Période Fernandez (1988, Actes Sud, prix Dentan), Dans la forêt la mort s’amuse (1999, Actes Sud, prix Schiller), Janice Winter (2003, éditions du Rocher, Points Seuil), J’aime ce qui vacille, (2013, Zoé, Prix suisse de littérature).