XIVe Rencontre de la fondation Le Corbusier

Le Corbusier, moments biographiques.

ven 08–09 déc 2006
Mon Walser à moi Cinéma Zéro
L’architecte sans doute le plus connu est celui dont la biographie reste à faire. Cette rencontre convie les publics intéressés à dire, écouter et débattre de la vie de l’homme, de l’artiste, du penseur. L’architecte sans doute le plus connu est aussi celui dont la biographie reste encore à faire. Les ouvrages qui traitent directement de la vie de Le Corbusier se comptent sur les doigts d’une main, Jean Petit, …

L’architecte sans doute le plus connu est celui dont la biographie reste à faire. Cette rencontre convie les publics intéressés à dire, écouter et débattre de la vie de l’homme, de l’artiste, du penseur.

L’architecte sans doute le plus connu est aussi celui dont la biographie reste encore à faire. Les ouvrages qui traitent directement de la vie de Le Corbusier se comptent sur les doigts d’une main, Jean Petit, Stanislaus von Moos, Jean-Louis Cohen… D’autres contributions éclairent des aspects particuliers de sa chronique, le plus souvent en contextualité des oeuvres. La grande biographie ou plus justement les grandes biographies de Le Corbusier sont donc à venir. C’est pour inviter à cette tâche que cette XIVe Rencontre convie les publics intéressés par Le Corbusier à dire, écouter et débattre de la vie de l’homme, de l’artiste, du penseur.

Si la biographie, dans sa version scientifique, rigoureuse, documentée, est à attendre, c’est certainement parce que la démarche de l’historien est dans le cas de Le Corbusier particulièrement complexe, prise entre une surabondance d’archives, de témoignages, d’analyses partielles et une hagiographie, orchestrée par Le Corbusier lui-même, souvent paralysante. Les conférences qui sont proposées aujourd’hui ne cherchent en aucune manière à imposer une grille de lecture, une structure de compréhension, ne préfigurent pas, pour chacune d’entre elles et encore moins dans leur ensemble, un ouvrage à venir. Du moins dans le programme de la Rencontre. Nous avons privilégié pour apprendre et découvrir sans imposer, de livrer des analyses et des témoignages de “moments”, des coups de zoom sur une situation datée, éclairée de sa genèse, de sa signification, de ses implications, de sa portée. C’est une perspective de micro-histoire, de regard sur le temps court, dont nous espérons qu’elle suscitera l’intérêt des participants et incitera à entreprendre des recherches plus globales, plus amples, plus détaillées. Les conférenciers se sont de bonne grâce prêtés à ce jeu qui n’est pas toujours dans leurs habitudes de chercheurs.

Il est évident qu’avec cette manière de faire, “tout” n’aura pas été dit, visité, montré, loin s’en faut. Chacun repèrera des “oublis”, des “manques” relatifs à des épisodes, des lieux, des personnes, des actions, des projets qui lui paraissent fondamentaux pour comprendre l’homme et le créateur. Ils auront vraisemblablement raison. Mais qu’ils se souviennent que rien, selon les voeux mêmes de Le Corbusier, n’est “caché” ou “censuré” à la Fondation et que tous les documents sont de libre accès pour toute personne, chercheur, simple amateur ou curieux, qui souhaiterait approfondir tel ou tel aspect

Tout le programme sur www.fondationlecorbusier.fr

 

 

ven 08–09 déc 2006

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.