Luigi Snozzi

Réalisations et projets

mar 25 févr–06 avril 1986
Écritures en jeu Caroline Dudan, Suzon Holzer, Sylvain Richard
En plus de vingt ans, Luigi Snozzi a beaucoup projeté et assez peu construit. Mais chaque projet révèle systématiquement un même point de départ: rechercher la forme spécifique du lieu, pour la mettre en évidence à travers l'architecture. Un parcours de ses projets, de la villa conçue comme un point de repère dans la topographie d'un site jusqu'aux projets en contexte urbain ou “territorial”, des …

En plus de vingt ans, Luigi Snozzi a beaucoup projeté et assez peu construit. Mais chaque projet révèle systématiquement un même point de départ: rechercher la forme spécifique du lieu, pour la mettre en évidence à travers l'architecture. Un parcours de ses projets, de la villa conçue comme un point de repère dans la topographie d'un site jusqu'aux projets en contexte urbain ou “territorial”, des premières grandes constructions empruntées de la mémoire de Wright et de Mies van der Rohe jusqu'aux récentes réalisations à Monte Carasso, montre une tendance de plus en plus marquée à la simplification dans l'expression, qui donne à chaque intervention un sens de nécessité absolue. Snozzi établit par là une continuité idéale avec le rationnalisme héroïque de la neue Sachlichkeit, un rationnalisme qui n'est jamais académique, mais toujours ancré dans le contexte culturel du Tessin. Loin des turbulencesde la mode, l'architecte Luigi Snozzi se veut antimaniériste, anti-ornemental et, dans un certain sens, antirhétorique. Mais il transmet avant tout une véritable leçon d'engagement social et politique, en mettant à nu les vrais problèmes, trop souvent camouflés, qui se rattachent aux transformations urbaines ou paysagères.
Texte : Pierre-Alain Croset

mar 25 févr–06 avril 1986

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.