Lancement Revue Diorama No.2, Geometric City

jeu 17 sept 2020, 17h-20h

↘ A la librairie

Antoine Jaccoud Conditions d’air, politique des architectures par l’ambiance

D’après une citation de Victor Vasarely, issus de ses Notes Brutes (1954) «L’avenir se dessine avec la nouvelle cité géométrique, polychrome et solaire. L’art plastique y sera cinétique, multidimensionnel et communautaire, abstrait à coup sûr et rapproché des sciences.»

Revue Diorama s’inscrit dans les pas des revues-spécimens internationales de typographie et de fonderies de caractères des années 1970. Elle présente également une collection de relations épistolaires avec des artistes et designers internationaux. C’est à partir d’une amorce prenant la forme d’une citation historique envoyée à des invité-e-s par la poste, que le contenu éditorial se met en place, fait de leurs diverses réactions graphiques, iconographiques et textuelles. S’ensuit un travail de mise en forme singulier, à travers le médium typographique et théorique, pour chacun des numéros qu’éditent Marie-Mam Sai Bellier & Guillaume Sbalchiero. Un projet de fonderie digitale, à venir pour Janvier 2021, viendra compléter la maison d’édition par la distribution des caractères typographiques qu’ils dessinent pour la revue.

Extrait de l’éditorial par Jonas Berthod in Revue Diorama No.2, Geometric City :

«De manière plus subtile que les registres historiques, les traces laissées par certains artistes, designers, écrivain·e·s et activistes permettent de dessiner l’humeur d’une époque, ses préoccupations et ses espoirs. Dans les années 1950, un élan optimiste général gouverne les esprits. Installé dans son atelier-laboratoire, Vasarely s’affaire à trouver de nouveaux horizons, une forme d’art social impliquant les masses. Il pressent que “l’avenir se dessine avec la nouvelle cité géométrique, polychrome et solaire. L’art plastique y sera cinétique, multidimensionnel et communautaire, abstrait à coup sûr et rapproché des sciences.” Le second numéro de Diorama emprunte à “l’artiste-ingénieur” cette citation optimiste comme injonction de départ.

Il est évident que Vasarely, comme bien d’autres, a une confiance quasiment absolue dans le modernisme et le progrès technologique. La nouvelle cité et les masses communautaires auxquelles il fait allusion font écho aux programmes de logement sociaux qui prennent à ce moment de l’ampleur à un niveau international. Mais l’optimisme pour ces housing projects, grands ensembles ou New Towns durera à peine une génération.

Certes, la ville est aujourd’hui omniprésente dans nos vies. Elle s’exprime dans ce numéro de Diorama à travers des architectonies, images ou polices de caractère qui rappellent parfois les compositions géométriques du peintre. Cependant, l’imaginaire exubérant de la science-fiction du 20e siècle ne semble plus avoir cours. L’humeur du jour exprime une vague appréhension envers un avenir incertain où la foi en la technologie a fait place à une approche plus prudente.»

www.revue-diorama.com

CONTRIBUTIONS

Abyme Type Foundry with John Morgan, Adrien Vasquez & Rudy, Jean Alessandrini, Paul Andali, Josefina Anjou, Elsa Audouin & Julien Humbert, Raoul Audouin, Manon Bachelier, Alexandru Balgiu & Olivier Lebrun, Jonas Berthod, Claire Barrault, Kévin Bichaud, Karina Bisch, Black(s) to the future avec Nicolas Pirus, Fallon Mayanja, Mawena Yehoussi & Josefa Ntjam, Antoine Boj, Thérèse Boon Falleur & Aurèce Vettier, Cécile Bouffard, Oliver Boulton, Buero, Marion Cachon, Nicolas Chardon, Matthieu Cortat, Kimberley Cosmilla & Zuzana Kostelanskà, Quentin Coulombier, Marie De Brugerolle, Jean Delahaye, Dinamo Type Foundry & Angelo Barbattini, Valentin Defaux, Floris Dutoit, Pari Ehsan, Paul Haworth, Valentin Herfray, Tomonari Kawano, Sohee Kim, Studio Kiösk, David Kramer, Noémie Lacroix (Ministère des petites choses), Hugo Laporte, Lou-Maria Le Brusq, Jungen Lee, Clément Lemaire, Marine Leleu, Romain Lenancker, Simon Lextrait avec Jules Moskovtchenko, Hamish Wirgman & Kamil Sznajder, Juliette Lizotte, Roxanne Maillet, Shinnosuke Miyamoto & Motoki Nakatani, Christian Monaghan (Eaten Alive Illustrations), Marc-Henri Ngandu & Jamie-Maree Shipton with Tamayo Yamamoto, Lulu Reynolds (Select Model London) & J’nae Phillips, Paula Olaz, Officeabc, Clara Pacotte, Baptiste Poligné, Radeau Studio, Christophe Scarpa, Victorien Soufflet, Laurine Schott, Spaceless Gallery with Béatrice Masi, Rémi Caulliez, Jayde Cardinalli, Quentin Chevrier, Stereo Buro, St-Henri Library, James Tennessee Briandt, Estelle Vanmalle, Pierre Vanni, Vier 5, Rozenn Voyer, Marine Zonca

jeu 17 sept 2020, 17h-20h

Centre culturel suisse. Paris
38 rue des Francs-Bourgeois
75003 Paris
Entrée au fond du passage
Expositions : mardi–dimanche 13h–19h
Événements : selon programme
T +33 (01 42 71 95 70
ccs@ccsparis.com 

Librairie
32 rue des Francs-Bourgeois
75003 Paris
mardi–vendredi 10h–19h / samedi–dimanche 13–19h
T +33 (01 42 71 44 50
librairie@ccsparis.com

///
Suite à l'annonce des nouvelles mesures gouvernementales, le CCS ferme ses portes temporairement.
Réouverture de l'espace expositions / spectacles le 15 décembre 2020
Réouverture de la librairie le samedi 28 novembre 2020

Le CCS est une antenne de Pro Helvetia,
Fondation suisse pour la culture.
www.prohelvetia.ch

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.