<p>PIER┬ ® Julie Folly</p>

/ reporté / Carte blanche bee-flat : Sara Oswald et Laure Betris

La souriante Madame Beudet

mer 03 févr 2021​, 20:00

Tarif : 7/12€

Dans le cadre des rendez-vous jazz au CCS

Le concert est reporté à l’automne 2021, date à venir

Le concert est reporté à l’automne 2021, date à venir

Le CCS donne carte au bee-flat im PROGR - fameuse salle de musiques actuelles à Berne - qui présente un ciné-concert sur La souriante Madame Beudet de Germaine Dulac (1923) par la violoncelliste Sara Oswald et la guitariste-chanteuse Laure Betris. Les musiciennes interagissent avec les images en live et jouent une bande-son inédite alliant improvisations et parties écrites. Leur musique mélange les genres, empruntant autant au rock qu’au classique en passant par la pop et la musique électronique. Guitares abrasives, synthés analogiques, violoncelle passé dans des effets, voix lyriques et fantomatiques : des ingrédients qui permettent au duo d’osciller entre soundtrack mélodique et bruitages expérimentaux. Les sons dialoguent parfaitement avec l’œuvre pionnière de Germaine Dulac, qui peint ici un portrait acerbe, drôle et sensible de la petite bourgeoisie de province, et dont l’héroïne échappe à l’institution du mariage grâce à la rêverie. La souriante Madame Beudet est souvent considérée comme le premier film féministe.
www.bee-flat.ch

éléments biographiques laure betris

Musicienne touche à tout, guitariste, chanteuse, autrice, compositrice et interprète, Laure Betris découvre la scène à l’adolescence au sein du groupe grunge féminin Skirt. Depuis 2008, elle s’est produite en concert et a enregistré 4 albums sous le nom de Kassette. Également détentrice d’un master en psychologie et intéressée par tous les domaines artistiques, Laure a travaillé plusieurs années comme chargée de production pour le festival d’art Belluard Bollwerk International. Elle accompagne aussi régulièrement d’autres musicien.ne.s sur scène, en tant que bassiste, guitariste ou choriste. Elle collabore ponctuellement avec différents artistes visuels ou sonores pour des projets d’exposition, installation ou performance.

Actuellement, Laure Betris est active au sein de plusieurs formations : Kassette (pop), Horizon Liquide (musique électronique), H E X (rock psychédélique), Big Eyes Trio (ciné-concerts), Eïla (choeur de femmes) ou encore Azur3000 (ambiant blues poétique).

Désireuse d’explorer des atmosphères plus intimes, elle lance en 2021 un nouveau projet en solo sous le nom de Pier (prononcé « Pierre »).

www.laurebetris.com 

éléments biographiques sara oswald

A l’âge de 13 ans, ne sachant que faire entre l’équitation et rien, elle commence le violoncelle chez Diane Déglise puis Simon Zeller au Conservatoire de Fribourg, sa ville natale. Après le baccalauréat, elle entre dans la classe de Marc Jaermann au Conservatoire de Lausanne, où elle obtient le diplôme d’enseignement en 2002. Parallèlement, elle suit des cours de violoncelle baroque auprès de Bruno Cocset, à l’Escola Superior de Musica de Catalunya de Barcelone, puis à la Haute Ecole de Musique de Genève, où elle obtient un Postgrade en violoncelle baroque en 2008. Passionnée d’improvisation, elle rencontre Popol Lavanchy, contrebassiste, avec qui elle va étudier de nombreuses années. Elle est membre fondateur du quatuor à cordes Barbouze de chez Fior (de 2005 à 2015), avec lequel elle gagne le Prix Culturel Musique 2015 du Canton de Vaud. Elle est notamment la violoncelliste de Sophie Hunger (2012-2013), et collabore avec The Young Gods, Pascal Auberson, Colin Vallon, Christophe Calpini, Patrice Moret, November (Bernard Trontin et Simon Jones), Julian Sartorius, Emilie Zoé, Laure Betris, etc.

Par ailleurs, elle participe à des créations théâtrales, des performances et des installations artistiques avec par exemple Eugénie Rebetez, Geneviève Pasquier et Nicolas Rossier, Yvette Théraulaz, Sophie Guyot, Antoine Jaccoud, etc. Elle signe la musique du film de Stéphane Goël Insulaire, présenté à Locarno en 2018, ainsi que la musique du documentaire réalisé par Benoît Aymon et Pierre-Antoine Hiroz Waow, les abysses d’une légende, pour Passe-moi les jumelles.

En septembre 2017, elle crée son premier spectacle SOLO déjà programmé par Le Bourg (Lausanne), La Spirale (Fribourg), La Ferme Asile (Sion), Bee Flat (Berne), Festival de la Cité (Lausanne), l’Echandole (Yverdon), Temple de Nyon (programmation de l’Amalgame), Live in Vevey.

Elle enseigne l’improvisation libre, et, ne craignant pas les infidélités au violoncelle, elle fait vibrer avec joie sa corde de multi-instrumentiste.

à propos de bee-flat

bee-flat im PROGR est le nom de l’association qui organise depuis 20 ans des concerts dans la Turnhalle de Berne, tous les mercredi et dimanche entre octobre et fin mai.

«global sounds – culture hug – very central»

C’est avec ce slogan que le bee-flat s’oriente depuis 2019 et façonne un programme de concerts riche en couleurs.

«global sounds»…
… parce que des musiciennes et musiciens de tous les points chauds de la planète nous rejoignent régulièrement: Balkans, Maghreb, Amérique du Sud, Proche-Orient, Afrique sub-saharienne… 

«culture hug»…
… puisque, peu importe si il s’agit d’un projet expérimental de Nairobi, d’une légende du jazz de Californie ou bien d’un des derniers projets passionnants produits à quelques portes de la salle de concert, l’équipe du bee-flat fait tout son possible pour créer une ambiance unique, afin que les musicien-ne-s puissent s’exprimer au mieux et que le public vive une expérience musicale complète, unique et inoubliable. 

«very central»…
… parce que toutes les créatrices et tous les créateurs de la ville et du canton de Berne ainsi que de toute la Suisse nous prouvent encore et toujours à quel point la scène locale est pleine de ressources et mérite toute notre attention.

http://www.bee-flat.ch  

Partenaires

En partenariat avec bee-flat, Berne
Partenaire média : TSF Jazz