Pascale Kramer et Jérôme Meizoz

mer. 07 juin 2017, 20h
Marion Duval Pauline Julier
Pascale Kramer et Jérôme Meizoz ont en commun un vif intérêt pour la réalité ordinaire. Ils savent dire les silences, et suggérer les non-dits. Les personnages de Pascale Kramer, Grand Prix suisse de littérature 2017, sont capables de douceur comme de grande violence. Telle un « sismographe de la douleur », pour reprendre l’expression du conseiller fédéral Alain Berset dans son discours de remise du prix, …

Pascale Kramer et Jérôme Meizoz ont en commun un vif intérêt pour la réalité ordinaire. Ils savent dire les silences, et suggérer les non-dits.

Les personnages de Pascale Kramer, Grand Prix suisse de littérature 2017, sont capables de douceur comme de grande violence. Telle un « sismographe de la douleur », pour reprendre l’expression du conseiller fédéral Alain Berset dans son discours de remise du prix, l’écriture dit une réalité trouble. Elle est notamment l’auteur d’Autopsie d'un père (Flammarion, 2016).

Pourquoi faut-il « faire le garçon » ? Comment vivre en homme avec un « coeur de fille » ? Dans Faire le garçon (Zoé, mai 2017), Jérôme Meizoz alterne enquête et roman et pose la question du genre. De l’incitation à la virilité en milieu rural catholique, on passe au récit d’un jeune garçon qui a choisi de se prostituer.

Rencontre animée par Marie-Madeleine Rigopoulos, chroniqueuse littéraire au magazine Transfuge.

mer. 07 juin 2017, 20h

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.