Stefan Kaegi (Rimini Protokoll) / Thomas Melle / Münchner Kammerspiele

La Vallée de l’étrange

Durée : 60’

Tarif : 7/12€

Dans le cadre de la Biennale Némo

↘ Les représentations se poursuivent ensuite à La Villette du 05 au 08.02.
Réservation sur lavillette.com 

à partir du 31.01 une traduction simultannée en anglais au casque est proposée aux spectatrices et spectacteurs qui le souhaitent.

Cindy Van Acker au Carreau du Temple Where Bodies Meet — Machinima

Lorsqu’elle est trop grande, la ressemblance entre robot et humain éveille la méfiance. Elle met en doute la limite qui distingue encore l’individu de la machine et, ainsi, les certitudes qui définissaient jusque-là notre humanité. Cette zone, que le professeur de robotique japonais Masahiro Mori a qualifiée de « vallée de l’étrange » (uncanny valley), constitue le point de départ de la pièce. Le robot androïde prend la place de l’auteur, s’adresse au public et soulève de très troublantes questions à travers sa propre histoire et celle d’Alan Turing, père de l’intelligence artificielle. Et nous, spectateur.trice.s, à quoi assistons-nous? Et finalement, qu’est-ce qui fait de nous des humains? 

www.rimini-protokoll.de 

Extrait du texte de Thomas Melle

La technologie fait partie de la nature humaine. Dès le début de l’évolution, elle nous a permis de nous démarquer – nous utilisons la technologie pour nous modifier nous-mêmes, ainsi que notre environnement.

Et si tu te rends compte qu’il y a quelque part une technologie qui peut t’aider à te rapprocher de ce que tu veux vraiment être, de ce que tu te sens être – un peu comme une personne qui déciderait de changer de sexe – eh bien vas-y, procure-toi cette technologie.


Et si, en tant qu’espèce de mécanisme endommagé, je pouvais fonctionner sans problème grâce à une technologie ?

Est-ce que je perdrais mon humanité en même temps que mes erreurs ?

Est-ce seulement notre caractère aléatoire qui fait de nous des humains ?

Est-ce seulement notre caractère aléatoire qui fait de nous des humains ?

Thomas Melle

Thomas Melle est un romancier, traducteur et auteur dramatique allemand. Il vit entre Berlin et Vienne. Né en 1975, il a étudié la littérature comparée et la philosophie à Tübingen et aux États-Unis. Son texte 3000 €, publié en français chez Métaillé, a obtenu le Prix de littérature de la Ville de Berlin en 2014 ; il y décrit avec une écriture crue et lucide la dure réalité sociale de la marginalité. Son livre suivant, Die Welt im Rücken (le monde dans ton dos) a été finaliste du Prix du livre allemand 2016 ; il offre un aperçu sensible et précis de la vie et du raisonnement d’une personne souffrant de troubles bipolaires. Il a également été nominé deux fois au Dramatikerpreis de Mülheimer  : en 2016 pour sa pièce Bilder von Uns et en 2018 pour Transfer.

Stefan Kaegi

L’artiste suisse Stefan Kaegi est une des figures majeures du théâtre européen. Avec le collectif Rimini Protokoll, il a contribué à élargir la notion de théâtre documentaire en tentant de dépeindre la réalité sous toutes ses facettes, notamment en faisant appel à des «  expertes et experts du quotidien  ». Les membres du collectif font ainsi sortir le théâtre de ses murs, allant à la rencontre de l’espace urbain comme des nouveaux espaces et réseaux de la mondialisation. Stefan Kaegi a notamment présenté Mnemopark (2007), Situation Rooms (2014) et Granma. Les trombones de La Havane (2019), et crée Airport Kids avec Lola Arias (2008), Nachlass – Pièces sans personnes (2016) avec Dominic Huber et Cargo Congo-Lausanne (2018). Il prépare la création de Société en chantier pour mars 2020 au théâtre Vidy à Lausanne.

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.