Seeds & soil

Price : entrée libre (sauf projections : 3€). Réservation indispensable pour l'atelier Open Soil Research : reservation@ccsparis.com
Roger Boltshauser Roger Boltshauser

La définition de la culture s’est établie avec le travail de la terre et marque un jalon important dans l’histoire des relations des humains avec la nature. Face à la dégradation de la biodiversité, à la privatisation des grains, à la pollution et au changement climatique, diversifier les formes d’agriculture, trouver d’autres manières d’utiliser les ressources, redécouvrir des savoirs oubliés ou utiliser autrement les possibilités de la numérisation sont des exigences urgentes pour la société, la technologie et la politique. Nombre d’artistes, chercheurs, architectes ou designers se penchent sur ces problématiques, utilisant diverses méthodes, subversives et visionnaires.
Programme par Claire Hoffmann et Yvonne Volkart.

Jeudi 07.03

Conférence de Roger Boltshauser à 20h
L’architecture en pisé

Construire avec de la terre a été pratiqué de diverses manières au cours des derniers millénaires : l’argile est disponible presque partout dans le monde et peut être traitée sans utiliser d’outils ou de machines. Avec les changements globaux du siècle dernier, les matériaux de fabrication industrielle ont cependant de plus en plus remplacé l’argile. Aujourd’hui, la question de la durabilité met de nouveau au premier plan les matériaux de construction. Dans ses recherches comme dans sa pratique, Roger Boltshauser explore le potentiel de la terre et contribue ainsi à la généralisation du procédé de construction en pisé.

Vendredi 08 mars. SOIL - établir une nouvelle relation avec la terre

À 13h, Open Soil Research
Atelier d’analyse des sols avec Julian Chollet, membre du collectif Humus Sapiens, biologiste moléculaire, membre du réseau Hackteria, fondateur de mikroBIOMIK.org et chercheur à l’Université Bauhaus Weimar. Places limitées. Inscription indispensable : reservation@ccsparis.com

De 17h à 19h, présentations et table ronde
Introduction de Claire Hoffmann avec Yvonne Volkart suivi de la table ronde avec Julian Chollet (Humus Sapiens), Ariane Leb lanc (coordinatrice de La Semeuse, projet des Laboratoires d’Aubervilliers ), Pedro Wirz (artiste) — modération Antonia von Schöning (Université de Bâle). Artistes, chercheurs et scientifiques discutent des savoirs autour des sols selon diverses approches, des plus empiriques aux plus technologiques.

À 20h projection de Wild Plants de Nicolas Humbert (108’)
Wild Plants montre des plantes qui ensemencent des friches, qui prennent possession de terrains vagues et les transforment en de nouveaux espaces de vie. Wild Plants montre les jardiniers urbains dans la ville-fantôme de Détroit, les utilisations cérémonielles de plantes dans la réserve amérindienne de Pine Ridge, la coopérative des Jardins de Cocagne à Genève et les plantations sauvages d’un « Guerilla Gardener » zurichois.
Projection suivie d’une discussion avec Nicolas Humbert et Yvonne Volkart (Institute of Aesthetic Practice and Theory IAeP, FHNW, Bâle).

Samedi 09 mars. SEEDS - pour une esthétique du devenir

À partir de 10h, accueil et petit-déjeuner puis début de la performance de (trans)plantation de Reto Pulfer, Ipomoea baignoirensis (30’), à 10h30

De 11h à 12h, conférence de Emanuele Coccia (EHESS), La semence, ou la rationalité de la matière
Pendant des siècles les graines ont été le modèle pour penser une forme de rationalité immanente à la matière, responsable de toute genèse et de tout devenir. C’est à cette tradition que peut être rattaché la génétique moderne. L’intervention essayera de retracer l’histoire et la signification de cette ancienne doctrine. 

De 12h à 13h, conférence de Jens Hauser (chercheur et commissaire d’exposition), Art & Microperformativité : Transplanter – Plantamorphiser – De-verdir
La métaphore de la “graine qui pousse dans le sol” présuppose l’idée d’un enracinement facile du végétal dans un milieu, alors que la notion de “transplantation” repose sur une dé-contextualisation sémantique du végétal vers l’animal : celle-ci implique l’assimilation prétendument harmonieuse des entités corporelles à des échelles allant du transfert de matériel nucléaire à la transplantation des organes, ou encore, à l’échelle sociale, à la “transplantation des populations”.

Reprise de 14h à 16h par les performances-débats avec Léonard Nguyen Van Thé, Reto Pulfer, Aline Veillat, le Collectif Coyote et Loïc Fel, co-fondateur de COAL

À 16h30, projection de Theatrum Botanicum (60’) d’Uriel Orlow
Uriel Orlow présente les films issus de son projet Theatrum Botanicum, dans lequel il considère le monde botanique comme une scène pour la politique en général. Adoptant le double point de vue de l’Afrique et de l’Europe, le film présente les plantes comme témoins et acteurs dans l’histoire, comme agents dynamiques reliant la nature et les humains, la médecine rurale et cosmopolitaine, la tradition et la modernité, à travers différentes géographies et systèmes de savoir.
Projection suivie d’une discussion avec Uriel Orlow et Nataša Petrešin-Bachelez (commissaire de Contour Biennale 9)
 

film art performance écologie

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.