Philippe Jacottet

Lecture

ven 02 févr 2001
Anne-Marie Jacottet-Haesler Maurice Magnoni
Le Centre culturel suisse est heureux d'accueillir l'écrivain et traducteur Philippe Jaccottet qui lira, pour la première fois à Paris, des extraits de son œuvre. «À l'approche de ces poèmes s'éveille une confiance. Notre regard, passant d'un mot à l'autre, voit se déployer une parole loyale, qui habite le sens, comme la voix juste habite la mélodie. Nulle feinte, nul apprêt, nul …

Le Centre culturel suisse est heureux d'accueillir l'écrivain et traducteur Philippe Jaccottet qui lira, pour la première fois à Paris, des extraits de son œuvre.

«À l'approche de ces poèmes s'éveille une confiance. Notre regard, passant d'un mot à l'autre, voit se déployer une parole loyale, qui habite le sens, comme la voix juste habite la mélodie. Nulle feinte, nul apprêt, nul masque. Nous pouvons accueillir sans ruse interposée, cette parole qui s'offre à nous sans détour. Un émerveillement, une gratitude nous saisit: la diction poétique, le discours poétique (mais délivré de tout artifice oratoire) sont donc possibles, toujours possibles ! (…) La confiance qu'il éveille en son lecteur, sans doute Philippe Jaccottet la doit-il à la règle qu'il s'impose à lui-même, et qui l'oblige à se porter caution de chaque mot qu'il écrit: il fait bonne garde contre l'outrance, la solennité, la grandiloquence ; il se défie des trop brillantes images ; il a horreur de la gratuité. Le péché majeur, pour lui, serait de ne pouvoir à tout instant contresigner sa poésie par les gestes de la vie, par les nuances authentiques du monde perçu, par les certitudes (le peu de certitude) de la pensée.» Jean Starobinski (préface au recueil Poésies 1946-1967, Philippe Jaccottet, Poésie Gallimard).

ven 02 févr 2001

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.