Myriam Gourfink, Cindy Van Acker & Kasper Toeplitz

Marine

jeu 12 juin 2003
Walter Manfrè, Collectif Iter Jeremy Narby & The Young Gods
Chorégraphie  MYRIAM GOURFINK ; interprète  CINDY VAN ACKER ;  musique composée et jouée par KASPER TOEPLITZ   ; costumes  KOVA “Marine” a été créée lorsqu'à l'occasion du Festival de la Bâtie 2001, Claude Ratzé a proposé à huit interprètes d'inviter le chorégraphe de leur choix pour leur créer un solo ( Huit sur 8). Cindy Van Acker, …

Chorégraphie MYRIAM GOURFINK ; interprète CINDY VAN ACKER ; musique composée et jouée par KASPER TOEPLITZ ; costumes KOVA

“Marine” a été créée lorsqu'à l'occasion du Festival de la Bâtie 2001, Claude Ratzé a proposé à huit interprètes d'inviter le chorégraphe de leur choix pour leur créer un solo ( Huit sur 8). Cindy Van Acker, danseuse flamande établie à Genève depuis 1991, a choisi de travailler avec Myriam Gourfink, chorégraphe française habitant Paris.

Projet de résonances entre interprète et chorégraphe, “Marine” repose sur un principe simple mais audacieux. La danseuse élit sa chorégraphe, lui commande un solo plein d'échanges sensoriels, organisant respiration, tensions physiques, émotionnelles et appuis. Pour ce travail d'épure plastique et élastique du mouvement mené millimètre par millimètre dans une hallucinante lenteur, le corps de la métamorphose des formes est celui de Cindy Van Acker. Elle choisit de s'immerger dans l'univers du micro-mouvement si caractéristique de la chorégraphe française Myriam Gourfink. D'une “médusante” beauté, l'influx circule, vibre sous l'imprégnation d'une musique subsonique, passant d'un membre à l'autre, ouvrant littéralement l'espace.

Myriam Gourfink privilégie le souffle, les mouvements internes du tronc, alors que toute l'énergie et la tension corporelle ou spatiale semblent se catalyser sur les extrémités du corps, comme parfois pour le yoga. Dans ses propres chorégraphies, Cindy Van Acker travaille la limite sans cesse déplacée entre mobilité et immobilité. Et interroge l'identité même d'une production chorégraphique face à la permanence du “c'est de la danse, il faut donc que ça bouge”.

jeu 12 juin 2003

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.