Henri-Frédéric Amiel

Le Journal

ven 08 mars–28 avril 1996
Francine Simonin Coline Pellaton et Thierry Châtelain
“Les amours, les flirts, les amouritiés d'Amiel, vaudra-t-il un jour la peine de les dénombrer et de les suivres ?”, se demandait en 1929 Albert Thibaudet. Voilà qui est aujourd'hui réalisé, grâce à la publication complète du “Journal”, aux lectures et recherches passionnées de Sylvain Pivot et du dramaturge Michel Beretti. “Le Journal”: douze volumes. Douze pages (sur les seize mille …

“Les amours, les flirts, les amouritiés d'Amiel, vaudra-t-il un jour la peine de les dénombrer et de les suivres ?”, se demandait en 1929 Albert Thibaudet. Voilà qui est aujourd'hui réalisé, grâce à la publication complète du “Journal”, aux lectures et recherches passionnées de Sylvain Pivot et du dramaturge Michel Beretti.

“Le Journal”: douze volumes. Douze pages (sur les seize mille neuf cent) parmis les plus belles écrites par Amiel, comme douze sous-titres de la vie d'un personnage peu commun: “Le Peintre du Lac” - “Genève” - “Paris” - “L'Enseignant” - “Une vie manquée” - “Le Journal” - “La Femme, objet de désir et d'effroi” - “Le Professeur Amiel en excursion au Salève” - “La Conscience individuelle et l'universel” - “La Contemplation” - “Le Mariage” - “Les Constellations des affinités tendres”. 
Voici les douze tableaux qui sont le point de départ de l'exposition sur le “Journal” d'Amiel. Pour illustrer ces pages choisies, quelques photographies et dessins: tout ce qui nous reste de lui. Parfois, incongrue, une relique subsiste, comme ces bretelles soigneusement brodées par une “Amiéline”! (…)
(Retrouvez plus d'informations dans la documentation ci-dessous.)

ven 08 mars–28 avril 1996

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.