Alexandre Mairet et Émilienne Farny

Images de Suisse

jeu 04 juin–05 juil 1992
Darius Peyamiras Temps Présent
Images d'un pays souvent insoupçonnable : gravures politiques d'Alexandre Mairet qui croquent la Suisse des opprimés, celle des années 20 ; peintures d'Émilienne Farny qui ironisent sur le bonheur prospère et disent la solitude des êtres. Le bohneur suisse, c'est un certain confort carcéral et pourtant sans barreaux. “En Suisse, dit l'artiste dans une interview, les villas, les jardinets, sont des leçons …

Images d'un pays souvent insoupçonnable : gravures politiques d'Alexandre Mairet qui croquent la Suisse des opprimés, celle des années 20 ; peintures d'Émilienne Farny qui ironisent sur le bonheur prospère et disent la solitude des êtres.

Le bohneur suisse, c'est un certain confort carcéral et pourtant sans barreaux.
“En Suisse, dit l'artiste dans une interview, les villas, les jardinets, sont des leçons d'ordre, de propreté, de discipline, de décence, de respectabilité, d'épargne, etc. La nature elle-même est ressentie comme un excès de vitalité indécent et angoissant. C'est pourquoi on ne la tolère que taillée, ratissée, astiquée, quadrillée, enclose. On rase le taillis, le gazon, on bétonne les allées, et là-dessus, on replace décorativement les signes de ce qui a été éliminé: la brouette fleurie, la marmite à crémaillère, la fourche de bois brut, bref, les simulacres domestiqués et pacifiés de ce que  l'on a anéanti”. Émilienne Farny par Roland Jaccard

Retrouvez plus d'informations dans la brochure ci-dessous (“Images de Suisse”).

jeu 04 juin–05 juil 1992

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.