Jacqueline Veuve

Rétrospective

Sat 26 Sep–07 Oct 1998, 19h00 et 20h30
Du coin de l'oeil Du coin de l'oeil
La Suisse. Paradis ? Enfer ? La Suisse, c'est mon pays, c'est celui que j'aime décrire dans mes films à travers ses institutions : l'armée, l'armée du salut, ses paysans, ses vignerons, ses artisans, ses femmes mes sœurs, ma famille si typiquement protestante, économe, travailleuse, si suisse.  Jacqueline Veuve La cinéaste Jacqueline Veuve : Avant de collaborer avec Jean Rouch au Musée de l'Homme à …

La Suisse. Paradis ? Enfer ? La Suisse, c'est mon pays, c'est celui que j'aime décrire dans mes films à travers ses institutions : l'armée, l'armée du salut, ses paysans, ses vignerons, ses artisans, ses femmes mes sœurs, ma famille si typiquement protestante, économe, travailleuse, si suisse. Jacqueline Veuve

La cinéaste Jacqueline Veuve :
Avant de collaborer avec Jean Rouch au Musée de l'Homme à Paris en 1955 et Richard Leacock au Massachussetts Institute of Technology, Jacqueline Veuve a tout d'abord suivi des études de bibliothécaire-documentaliste, de cinéma et d'anthropologie en Suisse. Son premier court métrage “Le panier à viande”, 1966, co-réalisé avec Yves Yersin, lance sa carrière de cinéaste. Son premier long métrage “La mort du grand-père ou Le sommeil du juste” est sélectionné au Festival de Locarno en 1978. Elle réalise alors de nombreux documentaires ainsi que deux fictions “Parti sans laisser d'adresse” (présenté à Cannes et primé plusieurs fois), et “L'Evanouie” ; ses films ont presque tous reçu des prix internationaux, parmi eux: “Les Frères Bapst, charretiers” (prix de la Mission du Patrimoine Ethnographique, 8e Bilan international du film ethnographique 1989, Musée de l'Homme, Paris), Armand Rouiller, fabricant de luges (Prix Stella di Gibellina, Italie - “Diable d'or” et Prix spécial de la SSR au Festival international du film alpin 1987) - deux films faisant partie de la série des “Métiers du bois” - , ainsi que des longs métrages comme “Chronique paysanne en Gruyère” (Prix d'honneur au Festival de Munich, 1991 et Chicago International Gold Hugo Award, 1991) “L'homme des casernes” (prime à la qualité 1994), “Journal de Rivesaltes 1941-42” (prix du meilleur documentaire suisse 1998), sorti en France depuis l'automne 1997

À l'heure actuelle, Jacqueline Veuve a déjà réalisé plus d'une cinquantaine de films, en Suisse notamment - parfois en France ou aux États-Unis - qui ont été présentés dans de nombreux festivals internationaux. Filmant et décrivant sans nostalgie un pays à travers son armée, ses paysans, ses vignerons, l'armée du salut, ses artisans, et bien sûr les femmes, cette réalisatrice s'impose comme l'une des plus importantes cinéastes documentaires suisses.

(Retrouvez plus d'informations dans la brochure ci-dessous.)

Sat 26 Sep–07 Oct 1998, 19h00 et 20h30

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.